Chung Li est une mystérieuse rappeuse montréalaise. Je l’ai vu sur scène une fois, pendant le premier événement VNCE & Friends au Artgang. Je sais aussi qu’elle faisait parti des artistes au BBQ organisé par l’étiquette Make It Rain l’été passé. Mais en dehors de ces prestations de feu, elle garde un profile bas sur les réseaux sociaux ce qui clash avec son swag imposant. Voici ce qu’elle avait a raconter lorsque je l’ai rencontré dans le Quartier Chinois pour parler de mode pour la série Street style de HHQC.


Pour toi, c’est quoi ‘avoir du style’?

Je pense que ça signifie l’individualité, être créatif, être soi-même. Beaucoup de gens n’ont pas assez de sauce pour influencer les autres. Mais ça c’est une autre histoire… Comme Georges Clinton l’a dit, “style is whatever you want to do, if you can do it with confidence” [NDLR : Tout peut être stylé, tant que c’est fait avec assurance].

D’où viennent tes influences ?

J’ai été influencée par TLC de ’92, Aaliyah et Dipset de ’95. Quelques fois vers 2003, 2004, je rockais mes vêtements en les portant à l’envers comme si j’étais Kriss Kross.

En secondaire 3, je portais des vêtements baggy. Des t-shirt 4XL, des jeans et joggings délavés. Quand j’ai commencé à avoir plus de confiance en moi, j’ai commencé à porter des vêtements moulants. J’avais un vibe dancehall avec des perruques de différentes couleurs, j’avais coupé une jambe d’une paire de jeans — moitié pantalon & moitié short — c’était fly ! J’étais versatile et je le suis encore.

Les jeans les plus classiques pour moi seraient les Apple Bottoms qui étaient des jeans qui fittaient parfaitement. Les Air Force 1 sont aussi classiques.

Je ne suis pas fan des étiquettes de designers. J’aime prendre quelque chose de simple et faire en sorte qu’il ait l’air dispendieux, si tu vois ce que je veux dire.

Le style hipster serait probablement le style le plus insupportable pour moi. J’ai vu peu de monde réussir à rendre ça beau. La plupart ont juste l’air ridicule là-dedans. Not my wave.


Comment décrirais-tu ton style actuel ?

Mon style en ce moment est pas mal imprévisible. Si je me sens sexy, ça ne me dérange pas de montrer beaucoup de jambes et du décolleté. Après, y’a des jours où je vais rock un hoodie, des boy shorts avec des chaussettes et des sandales — et je vais quand même me faire cruiser.

Selon toi, quelle première impression laisses-tu aux gens qui te croisent dans la rue, basé uniquement sur ton look?

Je leur donne l’impression que j’ai confiance en moi, à travers ma posture et ce que j’ai décidé de porter cette journée-là, et le fait que je marche la tête haute. La plupart des gens ne m’aiment pas et pensent que je suis arrogante, mais j’suis vraiment super humble, bihh.

Quel genre d’acheteuse es-tu ?

Je n’aime pas magasiner, j’suis économe. Quand je magasine, je sais déjà ce que je veux et d’habitude je fais juste rentrer / sortir. Pas vraiment du genre à fouiner. Je magasine tout le temps dans les centres commerciaux. J’aimerais ça magasiner en ligne mais j’fais pas confiance à ça. Je me suis déjà fait voler une fois et reçu des mauvaises tailles en magasinant en ligne. Et aussi je ne me fais pas confiance, parce que les achats en ligne sont trop faciles à faire, je dépenserais trop sur des sites américains, européens, asiatiques. Beaucoup de designers underground qu’on peut voir sur les médias sociaux ont des meilleurs vêtements, plus stylés, que ce qu’on peut voir en magasin à Montréal.

Pourquoi avoir choisi le quartier chinois pour notre photoshoot ?

Ce bon vieux Chinatown… J’y ai été 5-6 fois, j’ai toujours adoré le dynamisme de l’endroit et aussi leur culture (d’où mon nickname japonais/mandarin). J’aimerais vraiment rentrer d’avantage dans mon personnage et prendre avantage de cet endroit pendant une soirée d’été.

Shoutout à Alex.


1 2